Comments (2)

Le vendredi 8 octobre, nous nous sommes retrouvés, une dizaine d’auteurs invités de la Biennale de la Poésie, à la Place des Béguinages pour y découvrir la nouvelle configuration et assister à l’inauguration des Bancs d’Izoard. Il y avait là Julos Beaucarne, Marie Beuken, André Romus, Marcelle Imhauser, et près d’une centaine d’autres, proches et amis.
Une place devenue très agréable: toute dégagée, les jeunes marronniers, les six bancs dans un beau bleu qui aurait fait l’enchantement de Jacques Izoard. Un véritable joyau, une idylle, et ce à deux pas du vacarme du boulevard de la Sauvenière.
La place se remplit à l’approche de l’heure annoncée pour la partie officielle, elle est bondée lorsque débutent les discours. Il y les proches de la famille, quelques officiels – pas trop, juste ce qu’il faut –, et les amis de Jacques sont en nombre. Beaucoup s’étaient retrouvés il y a deux ans, en juillet 2008, à la veillée dans la maison de Chevaufosse, et puis à l’enterrement.
Mais cette fois, c’est une rencontre sans deuil, Jacques déjà dans sa survie, serein, et offrant, associé avec son nom, ce „locus amoenus“: un lieu de charme, de rencontre amicale, d’exception à côté des boulevards et rues bruyantes qui font le centre de Liège. On écoute avec plaisir l’anecdote: l’emportement et la plainte de Jacques auprès des officiels pour avoir encore enlevé des bancs publics, on s’associe avec plaisir à l’initiative partie des amis proches et réalisée avec beaucoup d’empathie et de finesse par Daniel Dutrieux et Aloys Beguin, on s’étonne de la rapidité dont peut être capable une instance publique pour adopter le projet d’une place dédiée à un poète, à peine deux ans après sa mort. Tout cela force l’admiration et inspire la gratitude.
Dorénavant, pour être proche de Jacques Izoard, on ne doit pas entreprendre la montée fastidieuse au cimetière Ste-Walburge. On peut se rendre en ce lieu de paix, harmonieux, habité par ce discret mémorial fait des lettres de son nom et de sa couleur préférée: le bleu de la Dordogne ou du Tage, le bleu des Marquises et de tous les fonds marins, le bleu de Jacques Izoard de Liège.
Bruno Kartheuser
auteur, rédacteur de KRAUTGARTEN.

7 années ago
Serfati Paule

Encore bravo

3 années ago

Laisser un commentaire

@